Skip navigation

Encore aujourd’hui, j’ai toujours une petite faiblesse pour cette chanson (la musique, mais aussi les paroles, le clip) de Waiting on a Friend sur l’album Tattoo You (1981) des Stones… dernière pièce du côté B, le side plus « lent ». Toujours trouvé très beau ce « I’m just standing in a doorway/I’m just trying to make some sense » suivi de « I’m just waiting on a friend », accentuée par tout le début du vidéoclip en montage parallèle avec Mick et Keith dans les rues de New York. On y croit. Il y a un petit côté « Sesame Street ». Mais ça ne dure pas ! Vers 2 min 30 s du clip… quatre ou cinq Stones sur 5 sont probablement déjà stone, soit en état d’ébriété avancée… et ils trouvent tous ça vraiment très drôle… l’enregistrement en playback aidant. Il faut voir Bill Wyman et Charlie Watts se bidonner au bar comme deux vrais bons amis et rirent de leurs comparses littéralement. Puis ces paroles :  « I don’t need no booze » chanté quand on est raide saoul au St. Marks Bar, c’est vraiment très drôle ! À chaque occasion, je ne peux m’empêcher de sourire et de rire, pour la chanson et l’amitié ainsi célébrée. Ça me fait un bien immense. Il faut dire aussi que le solo de sax est du grand, très grand Sonny Rollins.

Mais, quand on gratte un peu, 5000 mots peuvent facilement être écrits seulement pour cette chanson, le clip, l’album et toute les ramifications qui s’en dégagent : donc, solo de Sonny Rollins sur cette pièce (mais aussi sur Slave et Neighbors du même album); dans le clip, on peut apercevoir Peter Tosh assis dans les marches de l’escalier au tout début (à l’époque sous contrat avec l’étiquette des Stones). De là, il faudrait élaborer que cette chanson est issue des sessions (en 1972) d’un précédent album des StonesGoats Head Soup (1973) — enregistré neuf années avant, notamment à Kingston, Jamaïque… (Tosh ?) et de surcroit à l’époque avec LE grand Mick Taylor à la guitar. De ces maquettes originales (re-travaillées, ré-enregistrées, re-mixées, pleines d’overdubs), Taylor prouvera — lors d’un procès en 1982 (??) parce qu’aucunement crédité — la présence de sa guitare sur cette pièce ainsi que sur la pièce Tops. De cet incident, on pourrait marmonner que dans le clip, Richards et Wood (crédité — lui !? Déjà ! — sur deux pièces de l’album) ne peuvent que « mimer » maladroitement la guitare de Taylor qui n’est définitivement plus de l’entourage du groupe depuis 1974 [url/fr]. À l’instar de Taylor, une oreilles habile – comme celle de François Bon – pourrait pousser plus loin et entendre ce qu’il reste des participations des musiciens Nicky Hopkins et Ian Stewart (un des co-fondateurs des Stones). Revenir également sur le travail en amont de Chris Kimsey (ingénieur du son jusqu’alors) qui fouilla pendant plusieurs mois dans les archives du groupe afin de constituer [construire littéralement] l’album… parce que Jagger/Richards ne se parlaient pas beaucoup à cette époque, le groupe aux limites de la séparation. L’amitié ainsi célébrer par le texte de Jagger et la franche camaraderie du clip ne sont en fait que des voeux pieux. Ils partiront tous effectivement en tournée américaine et européenne (rencontrant un succès financier considérable) mais il faudra attendre août 1989 – huit année plus tard ! – pour les revoir sur scène ensemble. L’album est n° 1 au Bilboard 200 pendant 9 semaines. Ils ont dû aimer ça — les Glimmer Twins — car Kimsey sera producteur sur l’album suivant : Undercover (1983). Ah oui, l’immeuble au début du clip — le 96-98 St. Mark’s Place à Manhattan [url] — est le même  qu’on retrouve sur la pochette de Physical Graffiti (1975) de Led Zeppelin, dont le designer de la pochette, Peter Corriston, est le même que pour celle de Tattoo You (1981) et Emotional Rescue (1980) juste l’année d’avant. Il s’agit du premier clip officiel (?) des Stones réalisé par Michael Lindsay-Hogg — réalisateur de The Rolling Stones Rock and Roll Circus (1968 [1996]) — pour la chaîne MTV, qui inaugurait le 1er août 1981 et modifiera radicalement la manière de diffuser et de commercialiser la musique. L’album est lancé le 24 août 1981.

[Note : Après avoir vu les liens des précédentes versions du clip retirées ou brisées, il faut s’en remettre à l’écouter sur YouTube, sur l’une des chaînes officielles des Rolling Stones directement, car ils ne permettent pas l’intégration simple des clips dans les blog et autres pages… La qualité est meilleure cependant. Allez-y, ça en vaut la peine [url/ang].

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s