Skip navigation

Aujourd’hui, voilà cinquante ans que Billie Holiday (née Eleanora Fagan) est décédée. Mais elle ne nous quitte plus, Billie. Elle est là, pour toujours, avec nous. Ici avec Strange Fruit, texte et musique par Abel Meeropol, sous le pseudonyme de Lewis Allan. Juste ça et il y aurait un livre à écrire… D’ailleurs, il existe déjà [url/fr] et un documentaire aussi [url/ang]. Cela dit, j’aime l’attention que la caméra manifeste à Holiday… une attention à la performance qui n’existe plus aujourd’hui à la télévision, notre concentration ayant le temps nécessaire afin de se cristalliser sur le texte, les yeux et sourcils de Holiday, sa bouche, sa présence et sa force, malgré la maladie. L’image — fragile — frissonne par moments. Holiday, déjà affaiblie, est également fragile. J’aime aussi la très brève présence, à la toute fin de la chanson, après un léger travelling arrière, du très grand Mal Waldron au piano, figure gigantesque du jazz dont j’aimerais revenir adéquatement — ici même un jour — sur la trajectoire. Il aura été notamment l’accompagnateur de Holiday pendant les deux dernières années de sa vie (1957-59).

La captation est ici enregistrée le 24 février 1959, aux Chelsea Palace Studios à Londres pour l’émission Chelsea at Nine, sur les ondes de l’Associated Television (ATV) — l’émission sera diffusée ultérieurement, le 18 mars 1959. À New York, les 3, 4 et 11 mars, elle enregistre ses dernières sessions pour ce qui sera son ultime album : Last Recordings (1959-posthume) — les pièces 14 à 25 du CD nº 10 du coffret The Complete Billie Holiday On Verve 1945-1959 [url/ang]. Pour une semaine à partir du 15 avril, elle est au club Storyville à Boston (Massachusetts) — dont un enregistrement radiodiffusé existe. George Wein, propriétaire du Storyville, mentionne qu’elle a également chantée non loin de là au Blue Moon Café, à Lowell, peu de temps après [url/ang] pour un engagement d’une semaine à partir du 7 mai. Le 25 mai, de retour à New York, elle chante encore, mais très affaiblie, 2 chansons (Ain’t Nobody’s Business If I Do et I Can’t Get Started) lors du concert-bénéfice Jazz at the Phoenix. Le 31 mai suivant, elle est hospitalisée et décède le 17 juillet à 44 ans des suites d’une cirrhose.

Il s’agit ici de la toute première présence d’Holiday à la télévision britannique, mais — jusqu’à preuve du contraire — de la toute dernière présence de Billie Holiday à la télévision [url/ang].

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s