Skip navigation

Le réseau des bibliothèques de l’université Harvard (Cambridge, MA [url/ang]) annonce que sa bibliothèque Houghton, spécialisée en livres anciens et manuscrits, a procédé à une acquisition importante d’archives de l’auteur américain John Updike, suite à son décès en janvier 2009 à l’age de 76 ans [url/ang]. Le montant de l’acquisition n’est cependant pas révélé. La nouvelle est notamment reprise par The Boston Globe [url/ang] ainsi que le blog Arts Beat du New York Times [url/ang].

Une certaine quantité des archives d’Updike étaient déjà disponibles à la recherche (nécessitant son accord) depuis les années soixante-dix à cette même bibliothèque. Updike avait pris l’habitude d’y déposer lors de versements réguliers manuscrits, dossiers de recherche, correspondance, livres, photographies, etc. Il était donc logique et pertinent afin de conserver l’unicité du fonds que la documentation qu’il conservait toujours avec lui complète et enrichisse celle déjà organisée en ce lieu. Updike était également un diplômé d’Harvard en 1954 et toujours un usager du réseau des bibliothèques, notamment de la Widener Library.

Cet ajout récent permettra alors de constituer de toute évidence le plus grand ensemble d’archives et de documents de — et sur — John Updike et rendre ce lieu incontournable pour y mener des recherches sur cet auteur, certainement l’un des plus importants à avoir marqué la littérature américaine du 20e siècle. Comme l’indique dans le communiqué Leslie Morris, commissaire des livres anciens et manuscrits à la bibliothèque Houghton :

« No one can really write about the American novel
without taking Updike into consideration.
»

« Personne ne peut vraiment écrire sur le roman américain
sans prendre en compte Updike.
[ma traduction] »

Le portail OASIS des bibliothèques d’Harvard permet d’accéder à ce qu’elles possèdent déjà d’Updike, archives s’échelonnant de 1947 jusqu’en 1970 environ [url/ang]. On y trouve également un ensemble de documents d’Updike entourant son travail d’éditeur pour l’ouvrage Surviving: the Uncollected Writings of Henry Green [url/ang] ainsi qu’entourant une conférence (qui résultera en une publication) intitulée Howells as anti-novelist [url/ang]. Mais, de toute évidence, cela prendra dans les prochains mois et années, des dimensions toutes autres une fois le catalogage terminée des derniers versements qui représenteraient 380 pieds linéaires de documents, ce que la bibliothèque affirme être maintenant l’une de ses priorités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s