Skip navigation

Tout simplement parce que j’aime ce film — son tout premier — et son créateur William Klein. Aussi pour le générique et les noms qui y figurent :

[en lettres majuscules]

BROADWAY
BY
LIGHT

UN FILM
DE
WILLIAM
KLEIN

MUSIQUE
DE
MAURICE
LE ROUX

[et en lettres minuscules]

montage
william klein

conseiller technique
alain resnais

sous-titres français
chris marker

assistante-monteuse
josé[e] matarasso

executive producer
a. dauman

VISA DE CONTRÔLE CINÉMATOGRAPHIQUE 20.307 [url/fr]

[puis ce court texte…]

Les Américains ont inventé
le jazz pour se consoler de
la mort, la star pour se
consoler de la femme.

Pour se consoler de la nuit,
ils ont inventé Broadway.

Chaque soir, au centre de
New York, un jour artificiel
se lève.
Son objet est d’annoncer des
spectacles, de vanter des pro-
duits, et les inventeurs de
ces réclames seraient fort
étonnés d’apprendre que le
spectacle le plus fascinant,
l’objet le plus précieux, c’est
la rue transfigurée par leurs
signes.

Ce jour a ses habitants, ses
ombres, ses mirages, ses
cérémonies.

Il a aussi son soleil…

[Habituellement, il y a une désagréable publicité de 15 secondes au début du film]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s